Comment tirer profit d’un voyage de prospection commerciale à l’étranger ?

Toutes les entreprises le savent, visez un marché extérieur ou un partenaire extérieur engendre des coûts impensables, ne serait-ce que pour les coûts du voyage.

Pourtant, la région de Bruxelles a pensé à des solutions destinées à encourager les entreprises à étendre leurs activités au-delà des frontières.

Ces solutions sont surtout des programmes d’aides financières que l’État a mis en place pour promouvoir l’entreprenariat à se développer. Nous allons voir les généralités de ces aides, les conditions d’éligibilité et les conditions d’obtention.

Des subventions et non des remboursements de frais

Les aides que l’État accorde à titre de primes de déplacement ne sont en aucun cas des frais de remboursement. Ce sont des aides financières destinées à couvrir les frais d’un voyage qui n’a pas encore eu lieu. Il existe encore de nombreux critères qui conditionnent l’ouverture à ce genre de primes.

Communément appelées « primes et subsides pour les entreprises », ces subventions sont accordées pour :

  • les frais liés aux voyages d’affaires destinés à la reconnaissance de marché, la recherche de partenaire, la sélection d’investisseurs étrangers…
  • les dépenses relatives à l’assistance d’un tiers pour la prospection sur le territoire étranger. Ce tiers devra justifier d’une longue expérience professionnelle et de fortes références dans son domaine.
  • les frais de participation à divers événements et manifestations (foires, salons, missions, congrès, visites de terrain…).
  • les administratifs relatifs à l’enregistrement, l’homologation ou à la certification de produits et services sur les marchés étrangers.

Les critères éligibilité

L’octroi des primes et des subsides est rigoureusement contrôlé par les pouvoirs publics locaux. Des conditions strictes sont établies pour être sûr de ne pas accorder des primes à n’importe qui.

  • Comme mentionné plus haut, les primes et les subsides sont octroyés à titre d’aides financières et nos à titre de remboursement. Il faut donc soumettre une demande d’aide avant que le voyage n’ait lieu, et ce, selon un délai fixé par la loi qui couvre la subvention des entreprises.
  • Les dépenses internes, récurrentes et somptuaires des entreprises ne sont pas prises en compte, et ne seront donc pas subventionnées.
  • Il faut également que le montant des frais soit suffisamment substantiel. La marge minimale évoquée est de 500 €.

À noter que seul l’organisme qui représente l’État peut déterminer si vous pouvez être bénéficiaire d’une prime ou pas. Seulement, vous pouvez avoir recours à l’aide d’un chasseur de prime professionnel ou d’un consultant en primes spécialisé pour vous aider à introduire votre demande.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To use reCAPTCHA you must get an API key from https://www.google.com/recaptcha/admin/create